Citizen Can

Français

Monnaies complémentaires

Remettre le système monétaire au service d’une économie réelle, positive, au service des hommes et de la planète.

Un axe de développement stratégique

Chez Citizen Can, nous aimons promouvoir des projets qui ont du sens, nous aimons faire circuler les idées originales et mobilisatrices. C’est ainsi qu’en Octobre 2011, nous avons créé des ½ journées d’innovation au sein de Citizen Can, dont l'objectif était de répondre à la question : en quoi pourrions-nous être innovant dans notre domaine, celui de la finance ? C’est ainsi que nous avons commencé à travailler sur les monnaies complémentaires, à apprendre, à comprendre un sujet qui, au début, paraissait à beaucoup très utopiste et qui est devenu un véritable nouvel axe de développement chez Citizen Can.

Il existe 5 000 monnaies complémentaires dans le monde. La pratique du troc interentreprises ou «barter», connaît un renouveau depuis une vingtaine d’années, renouveau qui s’accélère avec le développement d’Internet et des plateformes électroniques d’échanges interentreprises.

Il existe déjà de nombreuses expériences similaires dans le monde. Citons par exemple le Wir, né il y a 80 ans en Suisse, utilisé par les 60 000 entreprises, le RES en Belgique et les systèmes de barter aux USA qui représentent à eux seuls 14 milliards d’échanges par an. C’est également le modèle du Sardex qui se développe actuellement sur l’île de Sardaigne en Italie et qui rassemble déjà 1800 entreprises et se réplique à 5 autres régions Italiennes..

SYMBA, la nouvelle monnaire complémentaire de la région Ile-de-France !

L’équipe Citizen Can est constituée de professionnels, habitués à travailler dans le cadre de projets complexes, reconnus comme des experts des flux financiers. A ce titre, nous avons décidé de mettre nos compétences au service d’un projet qui a du sens, d’être co-constructeur du futur avec le projet SYMBA.

symba_logoSYMBA IDF est la monnaie destinée aux acteurs de l’économie réelle : citoyens, organisations (entreprises, associations…) et collectivités d’Île de France pour relocaliser l’économie, créer des échanges vertueux et développer la richesse économique, sociale, environnementale et culturelle du territoire.
Ce projet initié en Octobre 2013 et soutenu par la Région Île de France, a donné naissance en Septembre 2014 à la coopérative SYMBA (sous forme juridique SCIC) qui, à travers sa gouvernance, rassemble des acteurs aux intérêts différents pour les réunir dans un projet commun au service de l’intérêt Collectif.

Comment ça marche ?

Chaque entreprise reçoit une allocation de crédits, dans la monnaie appelée le Symba, à utiliser dans le réseau pour réaliser ses échanges. Une chambre de compensation gère les échanges. L’opération d’échange de biens et de services entre deux entreprises s’assimile donc à une transaction commerciale courante faite par «compensation ». Celle-ci peut être décrite dans un contrat, entrée en comptabilité et déclarée à l’administration comme telle.

Qu'APPORTE SYMBA PAR RAPPORT AUX MONNAIeS EXISTANTES ?

Monnaie complémentaire à l’euro, Symba n’est pas convertible en euros. Son but : apporter de la trésorerie aux entreprises et associations vertueuses de la région, celles qui ont un impact social, environnemental et économique : circuits courts, énergie verte, économie circulaire, économie du partage, location, réutilisation… nous identifions déjà plus de 100 000 acteurs concernés sur le territoire.

Pour plus d'informations sur le Symba : www.symba.co

Pour en savoir plus sur ces modèles d’échanges, n’hésitez pas à découvrir le Rapport-PIPAME-plates-formes-echanges-interentreprises, du Pole Interministériel de Prospective et d’Anticipations des Mutations Economiques.

 

 

^ Haut de page